>

>

Histoire du Jura

HISTOIRE DU JURA

Histoire du département du Jura

Pendant plus de dix ans, le pays demeura en proie à toutes les calamités d'une lutte acharnée, qui prit le nom de son instigateur et qu'on a appelée la Petite guerre de Châlon. Eudes y usa son énergie et ses forces ; il fut emporté par la terrible épidémie de 1348, la peste noire, laissant ses états déchirés par les dissensions qu'il n'avait pu comprimer, et pour héritier un enfant, son petit-fils, Philippe de Rouvre, dont la mère, Jeanne de Boulogne, prit la tutelle.
On sait que ce jeune prince mourut au moment où il atteignit sa majorité, en 1361. En lui finit la première race des ducs de Bourgogne, descendants de Hugues Capet, et, ce qui intéresse plus spécialement notre notice, sa mort détermina une nouvelle séparation du comté et du duché de Bourgogne. Le roi Jean réunit à sa couronne le duché, qui était la première pairie du royaume; mais, pour la Comté, il reconnut et respecta les droits de Marguerite de France, fille de Philippe le Long et héritière naturelle par sa mère Jeanne.
Deux autres princesses, du nom de Marguerite comme leur aïeule, possédèrent la Comté pendant cette période de séparation avec le duché. La première, Marguerite de Brabant, avait épousé Louis de Mâle, fils de Marguerite de France et du comte de Flandre. L'autre, fille unique de Louis de Mâle et de Marguerite de Brabant, épousa le troisième fils du roi Jean, Philippe le Hardi, auquel Charles V, son frère, donna en apanage le duché de Bourgogne, et qui réunit une fois encore sous la même domination les deux provinces.
Cette période est une des plus tristes de notre histoire. Aux anciens éléments de discorde vient se joindre l'intervention étrangère ; l'Anglais, maître d'une si grande partie de la France, se montre aussi dans la Comté; l'empereur d'Allemagne suscite des compétiteurs aux souverains de sang français; la noblesse accepte comme instruments de ses vengeances ou comme auxiliaires de ses convoitises ces hordes de brigands indisciplinés, les routiers, les grandes compagnies, qui parcourent le pays, rançonnant les villes, pillant et dévastant les campagnes.
L'avènement de la dynastie des quatre grands ducs de Bourgogne fut donc un bonheur pour la Comté. Son histoire, depuis Philippe le hardi jusqu'à Charles le Téméraire, est trop étroitement unie à celle de Bourgogne pour que nous ne devions pas la supprimer dans ce rapide aperçu; nous constaterons seulement que, malgré leur puissance, les ducs respectèrent avec un soin scrupuleux les privilèges et l'indépendance de la Comté, qu'ils regardaient comme un des plus précieux fleurons de leur couronne.
Les souvenirs que laissa leur administration n'ont pas peu contribué à entretenir la fidélité héroïque que gardèrent les Francs-Comtois à la maison de Bourgogne. Lorsqu'on sut que Marie, héritière du dernier duc, n'épousait pas le fils du roi de France, Dôle, Salins et les autres villes de la Comté chassèrent les garnisons que Louis XI avait pu y placer comme tuteur de la jeune princesse. Son mariage avec Maximilien d'Autriche livra cette province à l'étranger. Charles-Quint, qui recueillit cette riche succession, la donna en douaire à sa tante Marguerite de Savoie, déjà en possession de la Bresse.


Les vertus, la bonté de cette princesse ne firent que rendre plus vif et plus profond l'éloignement des Comtois pour la domination française. Cette conquête était pourtant d'une indispensable nécessité pour la constitution territoriale du royaume. Dès que la monarchie, forte au dedans, cessa d'être menacée par les ennemis du dehors, les regards des gouvernants se fixèrent sur cette province faisant pointe dans notre territoire en deçà des hautes montagnes que la nature semblait lui assigner pour frontières.
Richelieu entama des négociations, fit des tentatives qui échouèrent ; Louis XIV reprit son oeuvre. Nous voudrions pouvoir oublier à quel prix il a réussi. Son triomphe était de nature à retarder pour de longues années la fusion des races, l'union des cœurs; sous Louis XV encore on pouvait dire qu'il n'y avait en Comté que la noblesse de France. La Révolution de 1789 vint enfin, et les Comtois purent entrevoir ce que l'avenir de la France avait à leur offrir en échange des souvenirs si chers de leur passé.
De ce jour la conquête de la Franche-Comté fut accomplie. Le département du Jura fournit un contingent dévoué de volontaires qui concoururent à la défense de la patrie, et depuis lors, à travers les grands événements qui ont agité ce siècle, la France n'a trouvé nulle part une population plus sympathique, plus intelligente, plus étroitement attachée à ses destinées.
Elle l'a bien prouvé au cours des terribles événements de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Le département du Jura, en effet, eut ainsi que tant d'autres à subir les douleurs de l'invasion. La grande armée prussienne, commandée par le prince Frédéric-Charles, après s'être emparée de Gray et de Pesme, dans la Haute-Saône, atteignit le Jura, occupa Montmirey-le-Château et Dole et s'avança jusqu'à Poligny et Champagnole. Pendant ce temps, la 1re armée, sous les ordres du général de Manteuffel, venant de Châtillon-sur-Seine, dans la Côte-d'Or, et se dirigeant vers Pontarlier (Doubs) à la poursuite de l'armée de Bourbaki en retraite vers la Suisse, ne faisait qu'effleurer le territoire du Jura où elle occupait seulement Dampierre, dans l'arrondissement de Dole. Les pertes éprouvées par le Jura, durant cette triste période, s'élevèrent à 8 761 525 fr.
Les habitants du Jura sont, au XIXe siècle, en général froids et posés, sans être pour cela nonchalants. Leurs passions sont peu impétueuses, ou plutôt ils trouvent en eux-mêmes la force de les modérer. Ils montrent de l'esprit, de la prudence et une grande perspicacité; ils sont bons et hospitaliers, religieux sans fanatisme et tolérants sans ostentation. Ils ont un goût prononcé pour les agréments de la société, la vie douce et les plaisirs tranquilles.
Les femmes, plus occupées des soins du ménage que du désir de briller, sont pour la plupart douces, aimantes et spirituelles ; les hommes ont une haute opinion de la dignité humaine et croient surtout à la supériorité du sexe masculin. Sans avoir la passion des armes, ils font d'excellents soldats; leur caractère réfléchi n'exclut pas les actes de la plus audacieuse bravoure; leur taille est généralement au-dessus de la moyenne et leur constitution vigoureuse et saine.

horaires d'ouverture :

Lundi - Mardi : 14h - 18h

Mercredi - jeudi : 9h - 12h

Vendredi : 14h - 17h30